Hôtel Les Cabanettes - Camargue

o
o
1965-1978
Architecture
Paysage
Fichaffiche CAUE13
Equipement touristique et de loisirs
Arles
Privée
Hôtel des Cabanettes - Arles - Armand Pellier

1965-1978, Arles ; Armand Pellier
Thierry Durousseau / Estelle Rouquette / Julie Walker ; Graph. Vincent Hanrot, ;  ill.Jean-Christophe Léon ; Dessin Thierry Durousseau / CAUE 13 ; Ressources icono. Nicolas Memain ; ed. CAUE 13 ; 2017 ; Affiche RV.

Armand Pellier
Label Patrimoine XXe
Points d'intérêt
La Camargue
2ème tranche 1976-1978
Louise et Marc Berc

Le Stadium - Vitrolles

o
o
1990 - 1994
Architecture
Paysage
Fichaffiche CAUE13
Equipement culturel
Vitrolles
Publique
Le Stadium, salle de concert et omnisport, Rudy Ricciotti

Le Stadium

1990 - 1994, Vitrolles ; Rudy Ricciotti, architecte ; Studio Totem, scénographe designer ; SP21, Thermibel, bureaux d'études
Pascal Urbain / graph. Vincent Hanrot, / ill.Julien  Levy / photos et coupe N.de Barbarin/CAUE 13 ; ed. CAUE 13 ; 2017 ; Affiche RV.

Rudy Ricciotti
Points d'intérêt
Le bassin de l'étang de Berre
Ville de Vitrolles

La Fenouillère : Centre opérationnel du pipe-line sud-européen - Fos-sur-Mer

1964
Architecture
Urbanisme
Paysage
Equipement industriel / artisanal
Fos-sur-Mer
Privée
1964 - Fos-sur-Mer - Architecte : Henri-Jean Calsat

"Au fil du temps, notre regard sur le patrimoine ne cesse de s'actualiser et de porter son intérêt à des oeuvres de notre passé récent, qui par leur programme et leur qualité artistique ont su prendre date dans l'ordinaire de notre histoire. Au présent d'en cultiver le meilleur usage."

Henri-Jean Calsat
Label Patrimoine XXe
Points d'intérêt
Le golfe de Fos
Société du Pipeline du Sud Européen SPSE

Le Grand Salon de la Villa Lumière - La Ciotat

o
o
o
1992
Architecture
La Photo du mois de Novembre
Habitat individuel
La Ciotat
Privée
Le Grand Salon de la Villa Lumière - 1892 - Antoine Lumière - La Ciotat

C’est un cube presque parfait de 10 mètres de côté. Un volume imposant, partagé à mi-hauteur sur trois faces par une coursive et éclairé au nord par un jeu de verrières sur deux niveaux. Au centre du plafond, une tête de lion rugissant qui tient dans sa gueule un lustre majestueux. Le sol, les balcons, balustres et consoles étaient en bois ciré; le plafond en staff. 
Il faut imaginer les murs recouverts d’étonnants carreaux de terre cuite dont le décor joue du contraste entre la rugosité du fond, brut et cannelé et la préciosité du motif en bas-relief, fleurs et lion, recouvert à la feuille de cuivre. 
Il faut imaginer aussi toute la bonne société se pressant dans ce salon et assistant pour la première fois, le 21 septembre 1895, à une « expérience cinématographique » avec Promenade en mer, Repas de bébé, Parties de cartes et Concours de boules.
Ici, dans ce salon de la Ciotat, presqu’incidemment, c’est forgé un nouveau monde et une nouvelle discipline qui en mêlant l’art et l’industrie marquera profondément le siècle suivant sur tous les continents.
Les frères Lumière au contraire de Méliès, n’eurent peut-être pas conscience des potentialités artistiques de leur invention. Ingénieurs, avec leur père Antoine, photographe et homme d’affaire, ils créèrent une industrie prospère de produits photographiques innovants et n’eurent de cesse de rechercher, d’explorer et diffuser les possibilités technologiques de leur temps.
La somptueuse Villa, construite en 1892 par Antoine Lumière eu jusqu’à 80 hectares de terrain, dont un domaine viticole et un port privé. Le bâtiment est agrandi et transformé en hôtel dans les années trente puis découpé en appartements pour devenir une copropriété. 
Le grand salon est inscrit aux Monuments historiques depuis 1996. Une association se bat aujourd’hui pour sa restauration. Elle a obtenu l’aide du Conseil départemental, de la Direction régionale des affaires culturelles et de la mairie pour mener les études nécessaires à sa réhabilitation.

Pour en savoir plus, le site de l’association 

Remerciements 
- Guy Rey, Président de l’Association pour la restauration du Grand Salon Lumière (ARGSL) pour nous avoir accueilli et guidé avec enthousiasme. 
Alain Chenoz, pour son œil photo-sphérique 

  

 

 

 

Inconnu
Inscrit aux Monuments historiques depuis 1996
Photosphère
La baie de la Ciotat
Antoine Lumière

L'appartement 643 de la Cité Radieuse de Le Corbusier

o
o
o
o
o
o
1947 - 1952
Architecture
Urbanisme
Paysage
La Photo du mois d'août
Habitat collectif
Marseille
Publique
L'appartement 643 de la Cité Radieuse de Le Corbusier

L'appartement 643 de la Cité Radieuse de Le Corbusier

Chaque mois, le CAUE13 vous propose de découvrir ou de redécouvrir de manière insolite un élément du patrimoine architectural du département. C’est pour nous, l’occasion de révéler ce qui est d’habitude inaccessible au public et parfois aussi de rendre visible autrement ce qui est sous nos yeux. C’est également l’occasion d’interroger le rapport entre le mode de représentation et l’espace ou l’objet ainsi dévoilé.
Laure Agnès Caradec
Présidente du CAUE

À chaque fois que nous avons l’occasion de pénétrer un de ces fameux appartements nous sommes sujet à un sentiment complexe, mêlé de « déjà-vu »  et de perpétuelle nouveauté.
Déjà-vu car les cellules d’habitation de la Cité radieuse de Le Corbusier ont été maintes fois publiées. Les duplex emboîtés en front renversé sont peut-être aussi célèbres que les éléments de mobiliers de Charlotte Perriand ou Jean Prouvé, vendus à prix d’or chez certains antiquaires.
Et pourtant, un  mystère nous étreint dès le couloir, sombre et coloré, où chaque porte d’appartement a sa chromie, ou les rondeurs et saillances de la « boîte à vivres » dialoguent avec les fentes et poignées de la porte d’entrée. Ensuite ce sont les contrastes dans l’appartement : très lumineux, ouvert sur l’extérieur mais protégé par des brise-soleil massif, bas et haut de plafond à la fois, blanc et coloré, étroit et long…
Ici la modernité à la forme d’une expérience à vivre au quotidien. Ici on mesure par exemple à quel point le rôle de la femme dans le foyer et les relations parents/enfants ont évolué et comment l’expérimentation architecturale permet d’anticiper ces changements.
L’Unité d’habitation Le Corbusier, dite Cité Radieuse est inscrite au Patrimoine mondial de l’Unesco avec 16 autres sites de Le Corbusier au titre de « L’Œuvre architecturale de Le Corbusier, une contribution exceptionnelle au Mouvement Moderne » depuis juillet 2016. Elle est également labélisée patrimoine du XXe siècle et classée monument historique. Le classement concerne les façades, la terrasse, les espaces de circulation, et … l’appartement 643. La visite, accompagnée d’un guide, permet de découvrir tout cela et bien plus encore.

Mais l’Unité d’habitation et ses 337 logements est un village vertical où plusieurs centaines de personnes habitent et vivent. Pour respecter leur cadre de vie, les visites se font sur réservation auprès de l’Office du Tourisme et des Congrès de la Ville de Marseille [www.marseille-tourisme.com]. Ce dernier permet par ailleurs au CAUE13 d’offrir un accès privilégié aux établissements scolaires du département [En savoir plus]. 

Le CAUE 13 remercie :
Isabelle Durand, en charge du tourisme urbain et culturel à l'Office de Tourisme et des Congrès de la Ville de Marseille,    
- Maxime Tissot, son directeur pour nous avoir ouvert les portes de l'appartement 643,
Alain Chenoz, pour son œil photo-sphérique.  

 Voir Aussi : " 725 Le Corbusier" Durousseau, Thierry; ed.CAUE 13/Bik&Book; 2e edition; 2013; 1vol.; 2-909787-13-3

Charles-Édouard Jeanneret dit
Photosphère
Le bassin de Marseille
Longueur 137 m / Largeur 43 m / Hauteur 57 m
Le Ministère de la Reconstruction

La Glacière de Mimet

1642 -1646
Architecture
Paysage
1642 - 1646
La Photo du mois de mai
Equipement industriel / artisanal
Mimet
Publique
La Glacière - Mimet

La Glacière de Mimet

Nous vous proposons une immersion dans la première glacière de Provence qui fût édifiée sur la commune de Mimet. Sa construction débute en 1642 et s'achève en 1646. Le roi Louis XIII, peu avant sa mort,  signe sa dernière lettre patente qui autorise la construction et l’exploitation.
La glace est produite sur place, de décembre à février, grâce à une source et à des bassins de congélation. Elle est ensuite transportée, durant l’été,  à dos de mulet sur un chemin reliant Mimet à Marseille jusqu'à un point de vente sur la commune, au lieu dit "la Débite", pour être ensuite acheminée jusqu'à Marseille. Les cabaretiers, les intendants de grandes maisons et éventuellement le personnel d'hôpital venaient à cet endroit acheter la glace que l'on débitait à la demande, en morceaux, d'où le nom de "Débite". 
La glace servait notamment à  rafraîchir le vin (à 6°-7°) et à faire des sorbets avec des jus de fruit.
Les dimensions de la glacière sont imposantes pour cette époque, puisqu’elle permettait le stockage de 300 m3 de glace avec une hauteur intérieure de 12 m et un diamètre de 7 m

Bernard Duplessy
Conseiller municipal de Mimet, en charge du patrimoine. 

Pour plus de renseignements, aller sur le site de l’Office de Tourisme de Mimet :
http://www.mimet-tourisme.com
Cliquer ensuite sur l’onglet « Histoire et Patrimoine», puis sur « Sommaire général » et rechercher le thème qui intéresse.

Le CAUE 13 remercie :
- Georges Cristiani, maire de Mimet  et Bernard Duplessy, conseiller municipal pour leur accueil et pour nous avoir autorisé à visiter et à photographier. 
- Alain Chenoz, pour son œil photo-sphérique  
- Nicolas de Barbarin, directeur du pôle sensibilisation qui , grâce à ses qualités de grimpeur, a réalisé la prise de vue

Pour en savoir plus :
Etude du CAUE 13 / Restauration et mise en valeur de la Glacière ; étude préalable à la restauration de la Glacière de Mimet et l’aménagement de ses abords, Décembre 2014.

 

 

 

 

 

Inconnu
Photosphère
Le massif de l'Etoile-Garlaban
Hauteur 12 m X Diamètre 7 m

Collège Monod, Les-Pennes-Mirabeau

2011
Architecture
1 million d'euros TTC
Equipement scolaire / universitaire
Les Pennes-Mirabeau
500 m2
Publique
Collège Monod, Les-Pennes-Mirabeau, Bonte et Migozzi, 2011

Crédit photographique : Bonte et Migozzi

Bonte et Migozzi
Points d'intérêt
Le massif de l'Arbois
Conseil Général des Bouches-du-Rhône

Caveau de vente viticole du domaine de la Galinière, Châteauneuf-le-Rouge

2011
Architecture
1,8 millions d'euros TTC
Equipement agricole
Châteauneuf-le-Rouge
460 m2
Privée
Caveau de vente viticole du domaine de la Galinière, Châteauneuf-le-Rouge, Jacques Sbriglio, 2011

Crédit photographique : Jacques Sbriglio

Jacques Sbriglio
Points d'intérêt
Privé

Maison passive, Cabriès

-
Architecture
400 000 euros TTC
Habitat individuel
Cabriès
165 m2
Privée
Maison passive, Cabriès, Stephan Brofiga

Crédit photographique : Stephan Brofiga

Stephan Brofiga
Points d'intérêt
Le massif de l'Arbois
Stephan Brofiga

Commissariat de police, La Ciotat

2010
Architecture
4,4 millions d'euros TTC
Equipement militaire / pénitentiaire
La Ciotat
1834 m2
Publique
Commissariat de police, La Ciotat, ILR Architecture, 2010

Crédit photographique : ILR architecture

ILR architecture
Points d'intérêt
La baie de la Ciotat
Ministère de l'Intérieur / SGAP Marseille